supporters

Interview - Présentation du Collectif PSG

supporters

Interview - Présentation du Collectif PSG

Publié le 09 Juillet 2008 à 13h03 par Arno P-E
Abonné au Parc depuis 1998, et carté à Auteuil depuis le début des années 2000, Benjamin Navet fait partie des tous premiers adhérents du Collectif PSG. Interview d'un membre de ce regroupement de supporters lancé au lendemain de la tempête médiatique ayant suivi la finale de la coupe de la Ligue.
PlanetePSG : Comment avez-vous entendu parler pour la première fois du Collectif PSG ?
Benjamin Navet : Salarié du PSG, je travaille à la boutique des Champs-Elysées depuis près de deux ans. J'ai reçu au printemps un mail en interne d'amis qui souhaitaient s'unir pour venir en aide au club, après l'affaire de la banderole. Je me suis renseigné et j'ai tout de suite adhéré.

PlanetePSG : Mais vous, vous êtes salarié du PSG, ou supporter ?
Benjamin Navet : Les deux ! Ce qui est assez fréquent d'ailleurs. S'il est rare que les personnes travaillant pour le PSG soient abonnées, et vraiment actives au stade, la plupart sont tout de même des supporters, ou au moins des sympathisants. Personnellement j'ai donc adhéré, mais en tant que supporter, pour défendre le Paris Saint-Germain.

PlanetePSG : Qui est à l'initiative de ce collectif ?
Benjamin Navet : A l'origine ? Il se trouve que ce sont des fans salariés du PSG, mais désormais cette entité est devenue complètement indépendante. A la base il s'agissait d'une idée un peu utopique lancée par des employés du club, et on a voulu la faire partager ensuite au plus grand nombre. Désormais moins de 10 % des membres font partie de l'entreprise PSG. Et surtout, le club n'a aucune influence sur les initiatives prises par le collectif.

PlanetePSG : Quel genre d'actions avez-vous déjà réalisées ?
Benjamin Navet : Attendez, nous n'en sommes encore qu'au tout début ! On grandit doucement et nous sommes en pleine réflexion. On a monté un site (http://www.collectifpsg.com/), créé une page sur Facebook, pour essayer de rassembler un maximum de témoignages, et d'adhésions. Pour le moment, on voudrait montrer qu'il y a beaucoup de supporters qui se sont sentis agressés par le traitement médiatique visant le PSG. L'idée de base, c'est de peindre un autre visage du supporter que celui dont parle toujours la presse par exemple.

PlanetePSG : Concrètement, comment voudriez-vous exercer ce rôle face aux médias ?
Benjamin Navet : On a déjà répondu à Patrick Sébastien qui avait brocardé le PSG. Mais c'était un peu hâtif, on doit encore y réfléchir, trouver avec les adhérents les meilleurs moyens d'action. Pourquoi ne pas inviter un Laurent Ruquier, ou un Guy Carlier à venir rencontrer des membres, par exemple ? Ils verraient alors que l'on n'est pas tous fascistes ou violents, et s'engageraient à en faire le compte-rendu... Nous travaillons sur des concepts prouvant que les supporters parisiens peuvent se montrer Fair-Play, tout en n'étant pas fleur bleue. On ne veut pas non plus faire chanter une Marseillaise pacifiste à des gamins de Paris et de Marseille, si vous voyez ce que je veux dire ! Je pense qu'il faut garder les pieds sur terre et ne pas s'éloigner de la réalité.

PlanetePSG : C'est pour cela que vous utilisez votre site ?
Benjamin Navet : Oui, entre autres choses. Nous avons mis en ligne sur collectifpsg.com trois ateliers interactifs pour puiser un maximum d'idées auprès des membres. Puis, lorsque nous aurons suffisamment de bonnes idées alors nous synthétiserons et monterons une action concrète. C'est un plan par étapes : réflexion, synthèse, action.

PlanetePSG : Comment comptez-vous commencer votre réflexion ?
Benjamin Navet : On essaye de recueillir un maximum de signatures, mais surtout de témoignages. Je m'occupe de la mise à jour du site quotidiennement. Lors de leur inscription, beaucoup de membres expliquaient qu'ils en avaient assez qu'on leur colle une fausse image sur le dos. Le collectif a été créé pour que eux, ceux que l'on n'entend d'habitude jamais puissent enfin prendre la parole. Plus il y aura de témoignages, et plus vite tout le monde devra se rendre à l'évidence. Les choses peuvent changer comme cela !

PlanetePSG : Ce collectif, a-t-il un " noyau ", des membres décisionnaires ?
Benjamin Navet : Non ! Ce n'est pas une association. Déjà parce que ce serait trop lourd à gérer, mais surtout parce que chaque adhérent doit avoir autant de poids qu'un autre. Il faut aussi des membres qui réagissent, s'expriment et s'investissent. Des gens qui sont motivés pour trouver de nouvelles idées pour défendre le PSG, et qui veulent les mettre en place. On peut s'entraider.

PlanetePSG : Mais il y a déjà des associations de supporters pour cela !
Benjamin Navet : Bien sûr, et si une association pouvait adhérer à ce Collectif, nous serions ravis ! On ne veut pas prendre leur place : par exemple le Collectif PSG ne sera a priori jamais représenté par une bâche au Parc, c'est complètement différent. Il s'agît juste de montrer qu'il existe aussi d'autres façons de défendre le PSG, parce que le modèle Ultra possède lui aussi ses propres limites. Beaucoup de supporters ne s'y reconnaissent pas du tout. Il faudrait qu'ils puissent s'exprimer eux aussi.

PlanetePSG : Un Ultra ne pourrait-il pas lui aussi se reconnaître dans ce Collectif PSG ?
Benjamin Navet : Bien sûr que si, après tout j'en suis moi-même la preuve ! Je le répète, cela vient en plus. Ce n'est pas incompatible, c'est une autre forme d'engagement.

PlanetePSG : N'avez-vous tout de même pas peur de vous mettre certains supporters à dos ?
Benjamin Navet : Non, puisque nous ne stigmatisons personne. En revanche nous voulons montrer qu'il existe une immense frange de supporters que l'on n'entend jamais, et qui aimeraient aussi prendre la parole. Toutes ces personnes qui nous écrivent qu'elles trouvent anormal ce qui se passe parfois en tribunes par exemple.

PlanetePSG : Mais les supporters du PSG sont parfois criticables, non ?
Benjamin Navet : L'objectif du Collectif n'est pas de dire que tous les supporters du PSG sont des agneaux. Outre défendre le PSG des attaques extérieures, nous devons aussi (ré)agir lorsqu'il y a des agissements racistes ou violents dont les auteurs sont des supporters du PSG et que personne ne peut cautionner, accepter. Le Collectif souhaite que tous les supporters du PSG réagissent ensemble face à cela, en stigmatisant des agissements précis, et non pas en stigmatisant des groupes d'individus indistincts comme le fond les médias, et en mettant les différentes autorités compétentes face à leurs responsabilités.

PlanetePSG : Un collectif monté par des salariés du PSG peut-il éviter d'être manipulé par le club ?
Benjamin Navet : Evidemment ! Le club n'a en fait déjà plus rien à voir là-dedans. Je ne pense même pas que Charles Villeneuve en ait entendu parler, pour le moment. Cela viendra plus tard, quand le Collectif sera prêt. D'abord on souhaiterait se rencontrer, tous, sans doute en septembre afin de discuter entre nous. Que les adhérents voient par eux-même que le Collectif PSG est indépendant. A terme, il faut que ce soit des supporters qui prennent le pouvoir. Il y a eu l'impulsion, maintenant il faut passer la main aux plus motivés pour que l'image que l'on a donné de tous les supporters après PSG - Lens change doucement.

PlanetePSG : Cette finale a été déterminante dans la création de ce collectif ?
Benjamin Navet : Oui, c'était un électrochoc. C'est là que tout le monde a ressenti le besoin de faire changer les choses. Même si c'est utopique, l'objectif c'est qu'une fois unis, et nombreux, on ai assez de poids pour pouvoir proposer une idée au club, et faire bouger les choses sur le long terme. Après, il faut réfléchir, discuter sur les moyens, sur des actions concrètes que l'on pourrait mener.

PlanetePSG : La mobilisation ne risque-t-elle pas de s'essouffler rapidement ?
Benjamin Navet : Il y aura toujours des gens pour englober tous les supporters. Des instances publiques qui nous mettent tous dans le même sac, sans distinction. Le Collectif PSG est un moyen créé pour que les supporters parisiens puissent améliorer ça d'eux-même, pousser ces idées reçues. Il ne faut pas être de passage, mais démarrer doucement et progresser petit à petit, pour durer. Si on fait un coup d'éclat en septembre pour disparaître ensuite, ça ne sert à rien.


__________________________________
Le lien pour accéder au site du Collectif PSG et découvrir leurs actions, leurs valeurs, les témoignages, voire, bien entendu, vous inscrire :
http://www.collectifpsg.com/

caractères restants