Ligue 1

ToulouseParis SG
L'analyse d'un match à part (après-match)

Ligue 1

ToulouseParis SG
L'analyse d'un match à part (après-match)

Publié le 21 Août 2017 à 22h23 par Léni Thomas
Le PSG s'est imposé ce dimanche soir face à Toulouse au Parc sur le score fleuve de 6 buts à deux. Un match particulier avec des rebondissements et une fin de match tonitruante. Paradoxalement, il n'y a pas que des enseignements positifs à tirer de ce match.

Les points positifs


Le jeu collectif de la première mi-temps



Ce match est paradoxal à plein d'égards. Si Paris a marqué 4 buts en fin de match tout en étant à 10, ce sont surtout les individualités parisiennes à l'image de  Neymar Neymar qui ont brillé. Mais collectivement, le PSG a montré un visage bien plus séduisant en première mi-temps. En effet, tout ce qui a manqué à Paris durant le premier acte fut la finition tant les actions offensives ont été nombreuses.

On a vu des joueurs en mouvements, beaucoup de combinaisons ainsi qu'un bloc rouge et bleu très haut qui a permis d'asseoir la domination parisienne. Le milieu de terrain a contrôlé le tempo du match avec comme symbole un Adrien Rabiot Rabiot très bon sur l'ensemble du match. Le ballon circulait vite et le fameux jeu à la baballe avait disparu.

L'équipe a su alterner jeu sur les côtés et combinaisons dans l'axe tout en laissant les attaquants s'exprimer avec en tête d'affiche un  Neymar Neymar déjà très en jambes en première mi-temps (un but et une passe décisive pour lui à la pause).

On a également pu noter que les Parisiens n'ont pas hésité à frapper de loin ce qui a amené de la variété dans un jeu qui a parfois la réputation d'être stéréotypé. Adrien Rabiot Rabiot a notamment pris les choses en main dans ce domaine avec une frappe parfaite pour le deuxième but. Il faut que les joueurs s'inspirent de cette première mi-temps en terme de jeu collectif pour la suite de la saison.



Le show Neymar

Si il y en a un qui s'est illustré sur ce match, c'est bien le numéro 10 parisien. Il est tout simplement impliqué sur les 6 buts parisiens (2 buts, 2 passes décisives, un pénalty provoqué et une avant dernière passe sur le but de Javier Pastore Pastore). Après une très belle première mi-temps de sa part, il a eu un gros coup de moins bien à l'image de l'équipe pendant la première partie de la seconde période.

Après l'expulsion de Marco Verratti Verratti beaucoup de supporteurs ont pu se dire que ce match pouvait vite tourner au match piège avec des joueurs parisiens qui étaient en mode sénateur depuis le retour des vestiaires. Puis la lumière arriva par  Neymar Neymar. Il provoque un pénalty (généreux) pour offrir le 3-1 à Edinson Cavani Cavani.



Après le but toulousain sur corner Paris avait de nouveau la pression. Mais la star brésilienne va de nouveau répondre présent. Il est à l'origine du bijou de Javier Pastore Pastore, il tire parfaitement et de manière très intelligente le corner qui amène le superbe but de Layvin Kurzawa Kurzawa. Et que dire de son dernier but...! Un but à son image, un but incroyable de talent et de classe! Un but qui a fait soulever le Parc.

 Neymar Neymar fait partie de la classe des plus grands joueurs et a su le prouver sur ce match en donnant une large victoire à son équipe. On aura noté aussi ses gestes incroyables tout au long du match comme ce geste digne de FIFA sur Corentin Jean (qui a contracté un torticolis et une migraine sur le coup). Bref, bravo à  Neymar Neymar, un joueur hors-norme qui n'a pas fini de ravir les supporteurs de la capitale.

Les points négatifs


La baisse de rythme du début de la seconde période

Après un très beau premier acte en terme de jeu collectif, le PSG est revenu à son mode sénateur au retour des vestiaires. Bizarrement, la folie a repris après l'expulsion de Marco Verratti Verratti (et également la très bonne entrée de Javier Pastore Pastore). Mais sur cette première partie de seconde période, le jeu n'y était clairement plus. Les intentions n'étaient plus là, les mouvements collectifs inexistants et les combinaisons bien trop rares.

Le PSG a fortement manqué d'intensité dans tout ce qu'il a entrepris durant ce laps de temps. En plus, quand on voit Marco Verratti Verratti se faire expulser, on peut se dire que Paris se prend un retour de bâton à force de jouer sans créativité. Cette mauvaise période parisienne aurait pu coûter très cher et en Europe, cela ne pardonnera pas. Le match a failli prendre une tournure de match piège et il a fallu que  Neymar Neymar prenne les choses en main.



Si Paris doit s'inspirer de la première période en terme de jeu collectif, il doit aussi s'inspirer de ces vingt premières minutes de la seconde mi-temps pour analyser ce qu'il ne faut pas faire.

Lors des grosses échéances, le PSG ne pourra plus se permettre ces trous d'air dans le jeu sous peine de se faire punir. Vingt minutes dans un match de haut-niveau, c'est très long et il peut se passer plein de choses, alors attention à ce genre de baisse de régime qui pourra coûter très cher contre des adversaires bien plus robustes.


Quelques performances individuelles en question

Si Paris finit par largement s'imposer, il convient de rester objectif et d'analyser que tous les joueurs n'ont pas fait un bon match. Le premier de ceux-là est Marco Marco Verratti Verratti.

L'italien est moyen depuis le début de la saison. Même s'il a été pas mal en première mi-temps, globalement on attend largement mieux d'un joueur qui a un talent fou. Le problème c'est que cela fait un moment que le hibou n'est plus à son niveau et sa nervosité en est la preuve.



Alors oui, son carton rouge est sévère mais deux choses sont à analyser sur cette sanction. Déjà, Marco Verratti Verratti a la fâcheuse tendance à se jeter pour récupérer le ballon et il le fait depuis des années. Il faut impérativement qu'il apprenne à défendre debout, aucun milieu de terrain de ce niveau ne peut se permettre de constamment faire des tacles glissés pour tenter de récupérer le cuir. Forcément, à force de se jeter, Marco fait des fautes et collectionne les carton.

Ensuite, est-il obligé de contester constamment chaque décision arbitrale ? Oui l'arbitre a fait un mauvais match, la question n'est pas là. Mais à force de taper sur les nerfs du corps arbitral, il ne faut plus que Marco Verratti Verratti s'étonne de se voir sanctionner. Bref, on espère voir un Marco bien plus inspiré lors des matchs européens par exemple.

Un autre cas personnel à analyser, c'est celui de Layvin Layvin Kurzawa Kurzawa. On est tous unanimes pour dire qu'il a marqué un but absolument magnifique, et il ne faut pas lui enlever cela car on ne voit pas ce genre de buts tous les jours. Mais une fois qu'on a dit ça, il faut quand même se pencher sur ses lacunes défensives.

Combien de fois, en première période, alors que Paris dominait largement, il s'est fait manger bien trop facilement dans son couloir ? C'est d'ailleurs de là que vient l'ouverture du score toulousaine.



Clairement, Layvin a des qualités offensives mais il a trop de lacunes tactiques et défensives. Si cela n'a pas porté préjudice à son équipe sur ce match, ce genre d'erreurs pourra s'avérer fatal en Ligue des Champions et Paris ne peut pas se le permettre à la vue de ses ambitions.

Enfin une autre prestation en question sur ce match est celle d'Aréola. Le problème avec le portier français, c'est qu'il rassure rarement, et que quand il doit faire un ou deux arrêts dans le match, il ne les fait pas toujours.

Si le but de Gradel est très beau, la balle arrive quand même sur Alphonse et lui passe sous le bras. Lors du second but toulousain, on peut se demander si une sortie aérienne de sa part n'aurait pas été plus que nécessaire. Encore une fois, on peut mettre de côté ces constats car Paris a gagné 6 buts à deux, mais ils sont à prendre en compte pour la suite. Aréola ne se montre pas décisif et cela pourrait pénaliser Paris lors des gros matchs.

Pour terminer, il ne s'agit pas ici de faire la fine bouche. On a eu la chance de voir du spectacle au Parc et il y a également des choses positives à en retirer comme expliquées plus haut. Mais si l'exigence du club est si grande, alors nous nous devons de rester objectif et d'analyser ce début de saison pour ce qu'il est. Bien sur, Paris peut et doit encore progresser (avec de nouvelles recrues attendues). En tous cas, ce match fut à part et on s'est quand même délecté des gestes de notre numéro 10. Allez Paris !


caractères restants
Avatar de ManyManiax ManyManiax 712 - 21 Août à 23h31
Merci pour l'article travaillé !
Tout ca nous fait entrevoir de belles promesses pour la suite, on va pas s'en plaindre !
Avatar de jerodoalle1 jerodoalle1 18 - 21 Août à 23h34
2 grosses questions
1-areola ou trapp nous couteront ils (encore)tres cher cette annee
2- face a la technique de feu de verrati, neymar, pastore; cavani semble deborde, et pas a la mesure
Avatar de GordonFreeman GordonFreeman 10584 - 22 Août à 00h05
Je viens de revoir le match sur Bein, un régal. Avec le recul on voit mieux les choses. Le trou je dirais qu'il est de la 45éme à la 75ème. Peut-être le contre coup du rythme endiablé de la 1ére mi-temps. Mais quel dernier quart d'heure. Je ne ferai aucun parallèle mais il y a un dénominateur commun.... .... Ce n'est que le 3ème match de la saison, on va monter en puissance. Et oui Avatar de jerodoalle1 jerodoalle1, Cavani m'a fait un peu pitié, il n'a pas pesé et est souvent dépassé par la vitesse de ses partenaires. Il n'a pas été sur ce match, le buteur habituellement recherché. Je me demande comment va évoluer sa situation.
 
Avatar de cmai cmai 9409 - 22 Août à 07h20
Et pourtant, malgré une prestation très moyenne, Edinson a marqué un joli but injustement refusé pour un hors jeu imaginaire
(Edité )
Avatar de fall baba fall baba 202 - 22 Août à 05h48
Merci pour cet article pleins de sens c'est plaisant a lire
Avatar de cmai cmai 9409 - 22 Août à 07h22
Le 6-2 fait (un peu) oublier le niveau très moyen de l'arbitrage !