club

Paris ou la culture de la gagne

club

Paris ou la culture de la gagne

Publié le 13 Novembre 2017 à 19h55 par Ted75
Depuis le début de l'ère QSI, le PSG ne perd plus autant qu'avant. Une constance dans la performance qui permet au club de la capitale de figurer désormais parmi les meilleures équipes européennes.
De 2011 à 2017, que de chemin parcouru. Le PSG est entré dans une nouvelle dimension et a appris à ne plus perdre. Au fil des années, le club de la capitale gère mieux ses rencontres et devient de plus en plus difficile à battre. Au point, cette année, de battre tous les records. Retour sur l'histoire.

Canal + a fait du bien


Si l'on prend en compte les chiffres depuis 1975, le PSG a régulièrement rencontré des difficultés. Entre 1975 et 1987, le club a toujours perdu plus de 10 fois sur l'année, avec un pic à 18 revers en 1987. L'arrivée de Canal + en 1991, avec des moyens plus nombreux, a permis d'amener de meilleurs joueurs. L'équipe était plus solide et n'a enregistré que 7 défaites en 1992 et en 1994 et 8 en 1993.

Mais ça s'est de nouveau gâté ensuite et Paris a repris sa mauvaise moyenne de plus de 10 défaites par an entre 1995 et 2011. Il a donc fallu l'arrivée de QSI pour stopper l'hémorragie. Le club de la capitale est plus dur à battre, avec notamment 4 défaites sur l'année 2013, record à battre. En 2017 ?



Seulement deux revers en 2017


En 2017, le PSG est en train de réaliser la meilleure année de son histoire. Les hommes d'Emery ne se sont inclinés qu'à deux reprises. Une défaite mémorable à Barcelone, le 8 mars dernier (6-1), qui a sonné l'élimination en C1 et une autre en championnat à Nice, le 30 avril (3-1), qui a enterré les espoirs de titre.



Deux revers mémorables. Mais Paris a semble-t-il retenu la leçon et n'est pas passé à côté d'autres rendez-vous. Le club est ainsi resté invaincu face à des équipes renommées comme Monaco (quatre matches), Lyon (deux matches) ou encore Marseille (deux matches), et l'a largement emporté face au Bayern Munich (3-0). Mais l'année n'est pas encore terminée...

Novembre-décembre, la période difficile


Tout au long de son histoire, le PSG a souvent connu sa fameuse crise automnale. Le terme est devenu d'actualité lors du début des années 2000, avec pas moins de sept revers à cette période de novembre-décembre en 2000 et en 2002, gâchant à chaque fois un début de saison prometteur.



Il n'y a qu'à trois reprises dans son histoire que Paris n'a pas perdu lors des deux derniers mois de l'année (1985, 1993 et 1994). En 2015, la bande de Laurent Blanc avait connu une période faste en fin d'année civile mais s'était inclinée à Madrid en poule de C1. Sachant qu'il reste encore deux déplacements périlleux à Monaco et à Munich, le PSG n'est pas à l'abri d'un troisième revers en 2017. Ce qui restera malgré tout la meilleure année de toute l'histoire du club.

caractères restants