anciens

Perez, Weah, Tel Aviv - Ca s'est passé un 23 novembre

anciens

Perez, Weah, Tel Aviv - Ca s'est passé un 23 novembre

Publié le 23 Novembre 2017 à 11h54 par Ted75
Le PSG a connu des beaux moments et d'autres plus compliqués le 23 novembre. Des buts fabuleux de Christian Perez et George Weah à un PSG-Tel Aviv de sinistre mémoire, coup d'oeil dans le rétro.

Quand Perez et Weah font le spectacle


Le 23 novembre 1991, le PSG reçoit Lens. On est alors au début de l'ère Canal et le duo Ginola-Weah n'est pas encore là. Mais cela n'empêche pas Paris de faire le spectacle. Et notamment un certain Christian Perez. L'attaquant né à Marseille conclut une belle action collective suite à une remise dos au but de Simba qu'il reprend d'une superbe volée. Le seul but du match (1-0, voir ci-dessous).



Trois ans plus tard, le 23 novembre 1994, George Weah fera encore plus fort. Paris se déplace alors à Munich pour affronter le Bayern afin de poursuivre son sans faute en C1 (comme cette année). Auteurs d'un match solide, les Parisiens parviennent à l'emporter sur un but de légende signé George Weah. Le Libérien slalome au milieu de la défense munichoise, avant de tromper le grand Oliver Kahn d'une frappe en lucarne ! (voir ci-dessous)



23 novembre 2006 - Le soir où tout a basculé


Une soirée malheureusement marquante pour le PSG et ses supporters. Sur le terrain et en dehors. En crise de résultats, le Paris de Guy Lacombe est à cette époque au plus mal et s'enfonce un peu plus après une défaite face à l'Hapoël Tel Aviv en UEFA, au Parc des Princes (2-4). Un match indigne lors duquel les Parisiens apparaissent tétanisés.



En tribunes, l'ambiance est tendue, plusieurs supporters israéliens garnissant les travées. La tension est à son comble après la rencontre et un drame a lieu aux abords au stade. En voulant protéger un Français juif agressé, Antoine Granomort, un policier, tue avec son arme de service Julien Quemener, 25 ans et fan du PSG. Le lendemain, au Camp des Loges, l'atmosphère est forcément pesante et Bernard Mendy et Sammy Traoré, en tête, ne se démontent pas face à des supporters venus en découdre (voir ci-dessous). Triste période.

Coupe de la Ligue

caractères restants