club

Areola ne doute pas

club

Areola ne doute pas

Publié le 10 Décembre 2017 à 14h20 par Ricardinho
Dans les couloirs du Parc des Princes, Alphonse Alphonse Areola Areola s'est exprimé sur la situation actuelle du PSG, qui restait sur deux défaites avant le match face à Lille. Pour le jeune joueur, la crise n'existe pas.
"Il n'y a pas eu de crispation particulière, on a continué à travailler, on a bien récupéré. Il n'y a pas de crise chez nous. On prépare sereinement et tranquillement nos matches, les adversaires donnent le maximum, c'est juste à nous d'être meilleurs," a assuré le portier parisien.

Bien décidé à chasser les doutes, il rajoute ensuite : "Des doutes ? Jamais. Jamais de doutes sur l'équipe ou les joueurs, sur comment ils se sentent, comment ils sont. Je n'ai jamais douté quand nous avons gagné beaucoup de matches et pas plus quand nous avons perdu deux matches."

Avant de conclure : "Les doutes viennent de dehors. Quand le PSG perd deux matches, c'est normal d'avoir des doutes dehors. Nous, à l'intérieur, nous avons toujours eu beaucoup de confiance. Mais avec deux défaites, on ne peut pas penser qu'on a fait une mauvaise première partie de saison."

caractères restants
Avatar de fumigene fumigene 317 - 10 Décembre à 22h29
je veux bien te croire sur "le match de l année" que fait chaque adversaire face à nous href='profil--.html'> class="glyphicon glyphicon-user" aria-hidden="true" style="font-size:18px;"> . mais en 5 mois href='profil--.html'> class="glyphicon glyphicon-user" aria-hidden="true" style="font-size:18px;"> , on devrait avoir une equipe plus sereine href='profil--.html'> class="glyphicon glyphicon-user" aria-hidden="true" style="font-size:18px;"> , avec un jeu bien mieux organisé que ce qu il est aujourd'hui href='profil--.html'> class="glyphicon glyphicon-user" aria-hidden="true" style="font-size:18px;"> . que ces deux défaites vous fassent réfléchir href='profil--.html'> class="glyphicon glyphicon-user" aria-hidden="true" style="font-size:18px;"> , comme ça en inquiètent beaucoup.