Ligue 1

NiceParis SG
Paris à l'expérience

Ligue 1

NiceParis SG
Paris à l'expérience

Publié le 18 Mars 2018 à 15h33 par Clement
Bousculé par la fougue niçoise en première période, le PSG a su réagir, patienter et triompher en fin de match grâce à un but de Dani Alvès (2-1). Le club de la capitale se rapproche un peu plus de son septième titre national.

Le match : Un Paris implacable


En championnat, le PSG reste insubmersible. Face à une équipe niçoise survoltée, emmenée par un Mario Balotelli polyvalent et meneur, et un Alan Saint-Maximin remuant et buteur, Paris a souffert. Alphonse Alphonse Areola Areola peut d'ailleurs remercier ses montants, salvateurs à deux reprises face à l'attaquant italien (7e, 75e).

Mais Paris a fini par s'imposer. Après l'ouverture du score niçoise, sur un contre éclair mené par le trident Balotelli - Plea - Saint-Maximin (17e), Angel di Maria n'a pas laissé ses coéquipiers tergiverser. L'homme en forme du PSG en 2018 a égalisé au terme d'un exploit individuel, d'une action de classe avec un grand pont et une finition de l'extérieur du pied (21e).



Au fil de la partie, Paris a progressivement mis le pied sur le ballon. Installés dans le camp niçois, les hommes d'Unai Emery ont fatigué leur adversaire pendant toute la seconde période. Et c'est finalement Dani Alvès, repositionné ailier droit, étrangement seul dans la surface, qui a offert la victoire à son équipe (82e). La neuvième d'affilée pour le PSG, qui égale son record personnel, et file vers un septième titre de champion de France.

Le joueur : Dani Alvès, impeccable



Critiqué ces dernières semaines, le latéral brésilien a brillé ce midi à l'Allianz-Riviera (Nice). Cela faisait longtemps que les supporters parisiens n'avaient pas vu un Dani Alvès aussi propre offensivement, et défensivement, et cela sur toute la durée d'un match.

Sur son côté droit, il a débuté le match assez bas, concentré à contenir Alassane Pléa. De plus en plus présent offensivement, il a proposé des solutions de centre, seul au second poteau (61e). Après l'entrée de Thomas Meunier Meunier, à un quart d'heure de la fin du match, il a été replacé en ailier par Unai Emery. Pari gagnant pour le coach parisien. Dani Alvès a libéré les siens d'une tête décroisée (82e). Un vrai geste d'attaquant pour un défenseur retrouvé.



Le fait du match : Tout pour plaire !



Programmé en début d'après-midi (13 heures), le duel entre Niçois et Parisiens a eu tout pour plaire au marché asiatique. Un stade plein, deux équipes concernées, trois buts... Les millions de téléspectateurs chinois, notamment, ont pu, et dû, apprécier.

Il y a tout eu dans ce match : de l'animosité (entre Presnel Kimpembe Kimpembe et Balotelli), de la complicité (entre Marco Verratti Verratti et.. Balotelli), du rythme, de belles séquences collectives (le but niçois), des exploits personnels (l'égalisation de Angel Di Maria Di Maria), des gestes spectaculaires (le retourné de Dani Alvès et la roulette de Kylian Mbappé Mbappé en seconde période). Jouer à midi semble avoir inspiré les deux équipes... Une expérience à renouveler ?

caractères restants