club

Top 5 des échecs d'Emery au PSG

club

Top 5 des échecs d'Emery au PSG

Publié le 09 Mars 2018 à 16h00 par Ted75
Entraîneur du PSG depuis l'été 2016, Unai Emery semble désormais sur le départ après l'élimination du club face au Real Madrid en 8emes de finale de Ligue des champions. Contesté, le technicien basque a multiplié les erreurs depuis un an et demi.
Arrivé avec la réputation flatteuse de trois Ligue Europa glanées avec le FC Séville, Unai Emery a suscité la curiosité chez beaucoup d'observateurs. Venu pour succéder à Laurent Blanc, il était attendu pour faire passer un palier au niveau européen. Mais force est de constater que cela a été de mal en pis.

Septembre 2016 – Changement de direction


Emery est arrivé avec ses idées et a voulu installer son système fétiche en 4-2-3-1. Si le premier match a été convaincant, avec une victoire 4-1 face à Lyon lors du Trophée des champions, la suite fut moins reluisante. Déjà défait à Monaco fin aout (3-1), Paris touche le fond à Toulouse un soir de septembre 2016 (revers 2-0).



Sur demande, voire pression, de certains cadres, Thiago Motta en tête, l'Espagnol revient au 4-3-3 historique lors du match d'après face à Bordeaux. Premier accroc pour lui dans sa quête de légitimité. Il comprend alors qu'il ne va pas pouvoir faire ce qu'il veut dans ce club.

Décembre 2016 – Première crise


Alors que l'équipe n'est pas forcément brillante mais gagne des matches, dont un à Lyon fin novembre (1-2), décembre sera un mois extrêmement compliqué à négocier. Emery ne gère alors plus rien et le PSG enregistre pas moins de deux défaites, l'une cuisante à Montpellier (3-0, voir ci-dessous), l'autre à Guingamp (2-1), et deux nuls à domicile, contre Ludogorets (2-2) qui fait perdre la première place du groupe en C1, et face à Nice (2-2), dans un choc attendu.



Quatre matches pauvres en qualité et qui mettent en lumière le manque de caractère de l'équipe, symbolisé par un Unai Emery perdu sur son banc. Il conserve toutefois la confiance du président Al-Khelaïfi et les choses vont s'améliorer durant janvier-février. Jusqu'à un terrible accroc...

8 mars 2017 – La « remontada », c'est aussi lui


Si les joueurs ont été indignes du maillot parisien au Camp Nou (6-1), Unai Emery a également sa part de responsabilité pour ne pas avoir su préparer mentalement son équipe. Le technicien basque a, semble-t-il, trop crispé son groupe, qui a complètement perdu le fil dans l'immense stade du Barça.



Un échec marquant pour le club et pour lui. Si agité jusque-là, avec comme point d'orgue le match aller face au Barça (4-0), il affichera une attitude beaucoup plus calme sur son banc par la suite.

5 décembre 2017 – Le Bayern, un avertissement


En début de saison, Emery cherche la bonne formule et est même un temps revenu à son 4-2-3-1, en testant Kylian Mbappé Mbappé ou Julian Draxler Draxler en meneur axial. Avant de se résoudre à utiliser le 4-3-3 en utilisant justement Julian Draxler Draxler en relayeur gauche. Mais ce dernier match de poule à Munich sera annonciateur du reste.



Vainqueur à l'aller (3-0), le PSG n'affiche pas tout à fait la même cohésion au retour. Et perd finalement logiquement malgré un réveil en début de seconde période (3-1). Dani Alves et  Neymar Neymar sont passés à côté de leur match, de même que Julian Draxler Draxler, qui a affiché ses limites dans son nouveau rôle et a perdu sa place. Emery, quant à lui, montre son incapacité à gérer un nouveau gros rendez-vous.

6 mars 2018 – Voilà, c‘est fini


L'élimination face au Real Madrid reste amère. Car lors de ce match retour au Parc des Princes, les Parisiens n'y ont jamais cru. Pas un semblant d'espoir dans le néant collectif. Encore une fois, il n'y pas eu une bonne gestion mentale de l'événement. Si l'environnement a joué, Emery ne peut pas passer entre les gouttes.



Il a ainsi fait plusieurs choix qui se sont révélés inefficaces. Et ne semble plus, aujourd'hui, avoir de ressorts pour remobiliser ce groupe sans doute lassé par son management. Sauf improbable surprise, le technicien basque quittera le PSG en fin de saison. Et ne laissera pas un grand souvenir dans ce club. Si ce n'est celui d'avoir participé à la plus grosse humiliation de son histoire.

caractères restants
Avatar de Makkko Makkko 21833 - 10 Mars à 12h06
au grand rdv ou il y a de la pression mentale, l'equipe craque et les joueurs ne peuvent pas etre les seuls a prendre non plus. emery n'a jamais imprimé son style, cause ? bah le fait d'avoir du résultat, les joueurs qui sont plus haut que l'institution et les coachs (lui comme tous avant), un président qui ne pense pas réellement au sportif, il pense plus a l'image que le PSG et donc ses actionnaires peuvent en tirer... et hélas il n'y a pas de bonne image avec des defaites aussi pourri en C1