club

Benarbia s'attaque à un Parisien

club

Benarbia s'attaque à un Parisien

Publié le 10 Mars 2019 à 09h27 par Ricardinho
Ali Benarbia n'a pas vraiment apprécié les propos de Presnel Presnel Kimpembe Kimpembe, qui affirmait que le PSG avait pris le match face à Manchester à la légère.
"Tu ne t'en rends pas compte sur le terrain, tu le réalises après, quand ça s'est mal passé... Le problème, c'est que Presnel Kimpembe Kimpembe c'est un jeune joueur... Comment tu peux jouer avec suffisance quand tu as la chance d'être dans ce PSG là avec des grands joueurs ? Et que tu joues des matches de Champions League..." a critiqué le consultant sur RMC.

« Tu ne peux pas être suffisant en Champions League »


Avant de continuer : "Tu deviens suffisant quand tu joues souvent des demi-finales de C1, pas quand tu as gagné 2-0 à Manchester un match aller ! En Ligue 1, ces deux dernières saisons, le seul vrai test, c'est Lyon au Groupama Stadium, et ces matches tu les as perdus. Tu ne peux pas être suffisant en Champions League alors que tu n'arrives pas en quarts."

caractères restants
Avatar de Popincourt Popincourt 1667 - 10 Mars à 09h52
Si c'est de la suffisance, c'est pire que tout. Qu'ils aient un problème mental, je peux admettre, ça peut arriver, c'est humain. De la suffisance, c'est une faute professionnelle, ça doit être puni soit financièrement soit sportivement, voire les deux. Si c'est ça, c'est inadmissible.
 
Avatar de cmai cmai 14771 - 10 Mars à 12h08
Oui, c'est une forme de suffisance ! Même moi j'avoue ne pas avoir cru possible une seconde à une possible qualification de MU ... avant le pénalty incroyable de la 94 ème minute. La faute professionnelle a été sanctionnée, Avatar de Popincourt Popincourt : financièrement cette élimination va nous coûter plusieurs dizaines de million donc les primes des joueurs seront touchées. Sportivement, on n'ira ni en quarts, ni en demies comme je l'espérais et nous en croyais capables cette année, et cela va nous permettre de penser et de préparer très tôt le mercato estival prochain, en évitant les erreurs de l'an passé. Un mal pour un bien, peut être finalement.