Mercato

Le PSG en position de force concernant Neymar

Mercato

Le PSG en position de force concernant Neymar

Publié le 06 Juillet 2019 à 00h14 par chibaow
A coup de déclarations et de signaux forts envoyés par sa direction, le PSG veut garder la main dans l'épineux dossier de son attaquant brésilien.
Retrouvez tout le programme TV Foot diffusé en France : cliquez !
Sur la chaîne L'Equipe, Gilles Favard partage sa lecture de la situation et entrevoit une issue favorable, pour le club parisien, dans la vente de Neymar au FC Barcelone.

Selon lui, le club catalan va se retrouver dans l'obligation de vendre des joueurs offensifs pour éviter un embouteillage sur le front de son attaque : "La presse brésilienne dit que Neymar veut partir. Maintenant, le PSG a mis un coup de pression à Neymar car ceux qui tiennent le manche actuellement, ce sont les dirigeants de Paris. C'est très simple : Neymar a des envies de partir. Il ne l'a toujours pas dit publiquement. Le maître d'œuvre c'est Leonardo et si son joueur veut partir, il exigera 300 ou 250 ME. Quand il aura cet argent en poche, si Leonardo a un joueur de Barcelone qui l'intéresse, il va prendre son téléphone et il sera encore en position de force pour la simple et bonne raison qu'une fois que Barcelone aura Neymar, Griezmann, Suarez, Messi, Dembélé et Coutinho, ce qui vaut actuellement 120 ME ne vaudra plus que 80 ME. C'est simple comme bonjour à comprendre. On ne fait pas du mercato fiction avec des échanges impossibles".
Votre avis - Ce qui est prometteur avec Pochettino ? 02

caractères restants
Avatar de sbw8307 sbw8307 6531 - 06 Juillet à 08h39
Le Barça ne pourra pas se le payer et l'humilie publiquement une porte se referme. Une chose est sur il va falloir qu'il présente ses excuses publiques mais envers qui ??? Un remake de l'épisode Verratti.
Avatar de zlatibra zlatibra 2759 - 07 Juillet à 01h48
Leonardo ce génie ! Merci Nasser de l'avoir fait revenir. C'est sur que c'est pas Henrique qui aurait pensé à ça. Depuis le temps que ce club nous casse les pieds là on se fout bien d'eux