Chronique

EDITO - Analyse de la fin d'année parisienne

Chronique

EDITO - Analyse de la fin d'année parisienne

Publié le 30 Décembre 2019 à 17h05 par
Si Paris a connu un début de saison contrasté, depuis le match nul face au Real Madrid, le PSG a enchaîné 6 victoires de rang. Mais au-delà des victoires, c'est dans le jeu que Paris affiche de nets progrès. Éléments d'analyse.

UNE INTENSITÉ COLLECTIVE RETROUVÉE


Pendant longtemps cette saison, Paris a surtout compté sur ses individualités et par des matchs à intensité variable. Lors du match retour face au Real Madrid par exemple, Paris s'est fait dominer quasiment tout le match et obtient un match nul heureux. Contre Marseille, Paris fait 45 minutes de haut-niveau mais s'arrête de jouer au retour des vestiaires.

Or depuis ce fameux match face au Real, il semble qu'il y ait eu un déclic : Paris a retrouvé une assise collective. Les joueurs ne baissent plus d'intensité pendant les matchs et essaient de marquer le plus de buts possibles. On note que les joueurs font plus de courses, le pressing collectif est exercé intelligemment et régulièrement.

Le ballon circule plus vite car les joueurs font plus d'appels de balle. En bref, l'attitude globale est bien meilleure grâce à une véritable intensité collective, offensive et défensive. Si le collectif est bien meilleur depuis quelques temps, c'est que certaines stars montrent désormais la voie.

DES STARS QUI MONTRENT L'EXEMPLE


Les deux stars du PSG, Mbappe et  Neymar Neymar ont souvent été la cible des critiques depuis le début de saison de par leur attitude : manque d'investissement, langage corporel défaillant, aucun repli défensif, jeu trop individualiste... Les deux joueurs ont fait la différence mais ont aussi beaucoup déséquilibré l'équipe.

Or depuis 6 matchs, on note une nette différence dans le comportement des deux joueurs.  Neymar Neymar par exemple fait beaucoup plus d'efforts défensifs. On le sent beaucoup plus concerné ce qui lui permet de récupérer beaucoup de ballons importants comme lors du dernier match face à Amiens. Les deux joueurs, même s'ils sont toujours capables de raids solitaires incroyables, jouent bien plus collectif depuis quelques matchs.

On les sent désireux de faire gagner l'équipe en jouant pour les autres. Leur connexion est d'ailleurs remarquable. Si Paris est plus convaincant dans le jeu c'est donc aussi grâce à une attitude nouvelle de ses deux joueurs offensifs phares.

UN CHANGEMENT DE SYSTÈME TACTIQUE PAYANT


Longtemps enfermé dans un 433 qui a prouvé ses limites, Thomas Tuchel a décidé d'innover depuis quelques matchs en mettant en place un 442, modulable en 4231 en cours de match. Ce système est très ambitieux puisqu'il permet d'aligner 4 joueurs offensifs en même temps. Certains observateurs ont pu penser que cette tactique était déséquilibrée mais force est de constater que pour l'instant il n'en est rien.

Avec 4 joueurs offensifs concernés par le pressing, l'équipe récupère le ballon plus vite et plus haut sur le terrain, soulageant les milieux de terrains et les défenseurs. Offensivement, c'est également très intéressant car la défense adverse est sous constante pression avec un quatuor capable de tout. On note bien plus de combinaisons entre eux du fait de leur proximité sur le rectangle vert.

Egalement ce système de jeu permet bien plus de présence dans la surface adverse, donc plus d'occasions et plus de buts. Paris maîtrise pour l'instant très bien ce nouveau système qui lui permet d'être plus dominateur dans tous les compartiments du jeu.


Il convient bien sur de nuancer la bonne période parisienne récente. On attend les mêmes attitudes en ligue des champions face à Dortmund. En effet, depuis Madrid, Paris a affronté des adversaires assez faibles pour lui. La double confrontation face à Dortmund sera un véritable révélateur pour le collectif parisien, pour ses stars et pour son nouveau système de jeu.
Votre avis - Reims-PSG (0-2), que retenez-vous ? 00

caractères restants