Ligue 1

MonacoParis SG
Edito - Quand Paris est renvoyé à ses doutes

Ligue 1

MonacoParis SG
Edito - Quand Paris est renvoyé à ses doutes

Publié le 13 Janvier 2020 à 15h48 par Ted75
Dimanche soir, le PSG a disputé un match spectaculaire face à Monaco (3-3). Une rencontre qui a étalé ses qualités, mais surtout ses défauts dans son organisation défensive. De quoi susciter quelques interrogations.
Encensé mercredi dernier, pointé du doigt quatre jours plus tard : telle est la réalité de ce PSG actuel et de son quatuor offensif. Si séduisant face à Saint-Etienne en Coupe de la Ligue (6-1), Paris a déçu face à Monaco (3-3),  Neymar Neymar ayant été le seul à surnager devant. Décryptage.

Un équilibre sérieusement à revoir


Comme l'a souligné Tuchel après la rencontre, les deux matches précédant Monaco ont été disputés face à une 6eme division et contre une équipe rapidement réduite à dix. De quoi relativiser les 12 buts inscrits. Après dimanche, Paris est renvoyé à ses doutes et à ce souci d'équilibre non réglé.

Offensivement, déjà, subsiste un manque de liant offensif dans les remontées de balle. Le duo Gueye-Marco Verratti Verratti s'est parfois trouvé sans soutien avec des latéraux trop haut et un quatuor trop loin (voir photo ci-dessous). Même si cela a été rectifié au cours du match, Angel Di Maria Di Maria et  Neymar Neymar étant redescendus pour proposer des solutions dans une zone axiale désertée.



Des contres qui ont fait mal


Mais davantage que l'animation offensive, c'est le repli des Parisiens qui est à cibler. Comme visible ci-dessous, Monaco a facilement transpercé le bloc local. Sur cette image, tout part d'une passe de Angel Di Maria Di Maria contrée par Maripan, encerclé (image 1). Le défenseur a ensuite parfaitement lancé Keita, qui a ensuite servi Ben Yedder (image 2).



Sur cette action, plusieurs joueurs parisiens ont été effacés en quelques secondes. Ben Yedder a alors pu s'avancer tranquillement dans l'axe face au seul Thiago Thiago Silva Silva (image 3). Il a pu lancer Keita Baldé, lequel s'est facilement trouvé en position de tir (image 4). Une occasion de 3-1 pour l'ASM bien avortée par Keylor Navas Navas, fort heureusement.

Un deuxième but encaissé symptômatique


Sur l'action du deuxième but monégasque, Paris s'est retrouvé en difficulté. Combinant parfaitement bien, les Monégasques ont ainsi mis hors de position les Parisiens (image 1). Trouvé parfaitement par Keita, Ben Yedder a alors eu plusieurs solutions devant lui : décaler sur sa droite Gelson Martins, frapper ou dribbler (image 2).



Il a alors choisi de feinter Juan Bernat Bernat, littéralement effacé (image 3). L'international français s'est ainsi ouvert le chemin du but et a parfaitement conclu (image 4). Limpide. Seulement deux joueurs ont mis à mal la défense parisienne, les deux mêmes que sur l'image précédente.

Paris s'est mieux réglé en seconde période


Symbole des réglages effectués par les Parisiens en cours de cette première période, cette image ci-dessous montrant une vive discussion entre Thiago Thiago Silva Silva et son entraîneur Thomas Tuchel. Il a sans doute été question du positionnement du bloc, des latéraux et des joueurs offensifs.



Car Paris a laissé moins d'espaces en seconde période, Monaco étant également plus émoussé pour enclencher des contres. Mais les mêmes soucis reviennent : des latéraux trop facilement effacés, des milieux parfois livrés à eux-mêmes et des attaquants qui n'assurent pas toujours le repli. Pas qu'une simple question de système.

Une question de profils ?


Difficile d'incriminer le 4-4-2 sur ce seul match car les mêmes carences ont déjà été entrevues en 4-3-3. Tout est question de complémentarité entre les joueurs, de profils au milieu également. Le duo Gueye-Marco Verratti Verratti a affiché ses limites dans l'entrejeu, quand l'association Thiago Silva-Marcos Marquinhos Marquinhos paraît peu fiable également.



Marcos Marquinhos Marquinhos et Marco Verratti Verratti, déjà associés avec succès au milieu, semblent être favoris pour se reformer, Thiago Thiago Silva Silva ayant besoin d'être accompagné d'un profil plus physique à ses côtés, Presnel Kimpembe Kimpembe par exemple. A droite, la question de l'utilité de Thomas Meunier Meunier, fébrile défensivement et peu appliqué dans ses centres, se pose. Thilo Kehrer Kehrer pourrait donc constituer une solution intermédiaire.

Devant, le quatuor semble indissociable


En attaque, ce quatuor Neymar-Di Maria-Mbappé-Mauro Icardi Icardi peut faire mal à n'importe quelle défense, on l'a déjà souligné. Paris aurait pu ajouter d'autres buts si certaines combinaisons avaient été mieux soignées, si Kylian Mbappé Mbappé avait été plus inspiré (trois grosses occasions) ou si  Neymar Neymar avait converti une belle balle de 4-2 dès la reprise.



Angel Di Maria Di Maria n'a pas été en réussite non plus et a perdu quelques ballons intéressants mais son potentiel créatif en fait un élément essentiel. Quant à Mauro Icardi Icardi, dans ce type de configuration, il n'a pas été utile (14 ballons touchés seulement). Charge à ses partenaires de mieux le trouver dans la surface.

Quelle solution à un mois de Dortmund ?


Le match à Monaco qui arrive mercredi servira, en partie, à résoudre certains problèmes sans doute. A voir si les équipes seront similaires mais ce nouveau test pourrait être intéressant pour procéder à quelques changements. A plus d'un mois du 8e de finale contre Dortmund, cette rencontre à Louis II revêt déjà une importance particulière.

Car d'ici-là, seuls le déplacement à Lille le 26 janvier et la réception de Lyon le 9 février pourraient constituer des oppositions intéressantes. Autant de matches pour observer la progression de l'équipe. Quoiqu'il en soit, ces prochaines semaines seront passionnantes pour voir si Paris a les moyens de monter en puissance physiquement et tactiquement.


caractères restants
Avatar de sbw8307 sbw8307 5645 - 13 Janvier à 16h09
Excellent article, Meunier a joué bien trop haut et était souvent pris à la perte du ballon, Bernat lui n'a plus pris c***couloir en deuxième mi-temps laissant le couloir gauche à Mbappé et Ney en 10. Moi à Dortmund j'opte pour un 4-3-3 avec Ney ADM Mbappé je me passe d'Icardi privilégiant la vitesse et la mobilité des 3 pour exploiter aux maximum les espaces. Si on veut jouer avec les 4 de devant partant du principe que l'équipe sera coupé en deux, tu blindes en défense derrière tu met Kehrer TS Kim ou Marquinhos Diallo- Marquinhos ou Gueye Verratti