club

Les plus beaux matches du PSG de la décennie (2ème partie)

club

Les plus beaux matches du PSG de la décennie (2ème partie)

Publié le 29 Décembre 2019 à 11h51 par Ted75
Alors que la décennie 2010 touche à sa fin, retour sur les matches marquants du PSG au cours de ces dix dernières années. Seconde et dernière partie.

11 mars 2015 – Chelsea-PSG : 2-2 a.p


C'est sans doute le match le plus marquant de l'ère QSI. Et peut-être malheureusement le seul au niveau européen lors d'une double-confrontation. Après un nul 1-1 au Parc à l'aller, Paris doit se qualifier face à Chelsea à Stamford Bridge en 8e de finale retour. Paris prend le match par le bon bout mais perd Ibrahimovic, expulsé sévèrement à la demi-heure.

Les affaires se corsent, d'autant que Edinson Cavani Cavani rate une occasion en or après la pause. Paris se fait punir à quelques minutes de la fin sur un corner cafouillé repris par Cahill (1-0, 81e). L'élimination semble alors inéluctable pour un PSG à dix et à bout de souffle. Mais sur un autre corner, David Luiz catapulte le ballon d'une tête rageuse au fond des filets (1-1, 86e). Mémorable.



La prolongation est inévitable et rentre dans la légende du club. Thiago Thiago Silva Silva passe ainsi du cauchemar au rêve. Cauchemar lorsqu'il commet une faute de main qui permet à Hazard de marquer sur penalty (2-1, 96e). Rêve lorsque c'est lui qui qualifie Paris d'un coup de tête lobé magnifique (2-2, 114e) ! Au bout de l'effort, le PSG tient une qualification héroïque.



5 avril 2015 – OM-PSG : 2-3


Le contexte était électrique lors de ce choc face à l'OM de Bielsa. Le Vélodrome a mis ses plus beaux habits avec un tifo d'entrée qui a mis le ton. Encore à la lutte pour le titre, Marseille veut faire tomber Paris. Et y met les moyens en affichant beaucoup d'agressivité. Jusqu'à s'épuiser en première période.

Certes, Gignac ouvre le score (1-0, 30e) mais Matuidi égalise d'une frappe du droit magnifique (1-1, 35e). L'OM reprend l'avantage par l'inévitable Gignac (2-1, 43e) et fait chavirer le Vélodrome. Avec expérience, Paris reprend toutefois son calme et renverse Marseille et son public en deux minutes (Marcos Marquinhos Marquinhos, 49e et csc Morel 51e). De quoi bien calmer le rival.



14 février 2017 – PSG-FC Barcelone : 4-0


Oui, il y a eu un match retour mais cette rencontre aller restera tout de même dans les mémoires tant le Barça a paru dépassé tout le long au Parc des Princes. Dans une ambiance surchauffée, le PSG d'Emery a joué sa meilleure partition en mettant de l'agressivité dans son pressing haut afin d'étouffer les partenaires de Messi.

Angel Di Maria Di Maria, sur coup franc (1-0, 18e), Julian Draxler Draxler (2-0, 40e), Angel Di Maria Di Maria, encore lui sur une frappe enroulée superbe (3-0, 55e) et Edinson Cavani Cavani pour achever le travail (4-0, 71e) ont été les héros d'un soir. Avant de sombrer trois semaines plus tard. Mais ça, on ne veut plus s'en rappeler.



22 octobre 2017 – OM-PSG : 2-2


Le jour où l'OM a été tout proche de mettre fin à sa médiocre série de défaites face au PSG. Le jour, surtout, où le PSG n'a pas paru concerné par l'affiche face au rival. Luiz Gustavo ouvre le score d'une frappe lointaine (1-0, 16e), avant que  Neymar Neymar n'égalise (1-1, 33e).

En seconde période, le match s'endort et Paris est à nouveau piégé sur un corner qui aboutit à un but de Thauvin (2-1, 79e). Les affaires se corsent, d'autant que  Neymar Neymar se fait expulser pour un geste de nervosité (87e). Qu'importe. Edinson Cavani Cavani sera le héros à tout jamais en égalisant dans le temps additionnel sur un maître coup-franc (2-2, 90e+3). La clim du Vélodrome.



28 novembre 2018 – PSG-Liverpool : 2-1


Quand Paris a fait tomber le futur champion d'Europe. Pour se sortir de la phase de poules, le club doit l'emporter face à Liverpool pour préserver ses chances de qualification. Et grâce à une combativité de tous les instants, et un  Neymar Neymar de gala, le PSG va prendre le match par le bon bout, Juan Bernat Bernat ouvrant le score assez rapidement (1-0, 13e).

 Neymar Neymar double ensuite la mise après une phase rapide, un comble face à ce Liverpool-là (2-0, 37e). Et si Milner réduit la marque sur penalty (2-1, 45e+1), Paris ne tremblera pas en seconde période et tiendra son succès jusqu'au bout face à des Reds complètement éteints. L'un des derniers frissons européens avec le match du Real cette année...


caractères restants