anciens

Bodmer, un artiste qui s'est perdu à Paris

anciens

Bodmer, un artiste qui s'est perdu à Paris

Publié le 23 Juin 2020 à 18h08 par Ted75 | Photo : Panoramic
Ce mardi, Mathieu Bodmer a annoncé sa retraite sportive. Le milieu de terrain a évolué durant deux saisons et demi au PSG et y a laissé des souvenirs mitigés.
Un joueur atypique qui aurait pu avoir une toute autre carrière. Mathieu Bodmer a un talent indéniable mais son inconstance et sa fragilité l'ont grandement pénalisé. Il n'empêche que le milieu de terrain a su se distinguer sous le maillot parisien. Même si c'était de manière épisodique.

Rapidement indispensable


Bodmer débarque dans la capitale en provenance de Lyon à l'été 2010. Le joueur a jusque-là un bon parcours national en étant passé par Caen (2000-2003), Lille (2003-2007) et donc l'OL (2007-2010). Lors de sa première saison, il pousse son entraîneur Antoine Kombouaré à changer son dispositif pour lui.



Oublié le 4-4-2, le 4-2-3-1 lui permet d'avoir une place confortable en tant que meneur de jeu derrière Hoarau. Il participe ainsi à la très bonne phase du club tant en championnat (4e au final) qu'en Coupe de France (finaliste) ou qu'en Ligue Europa (8e de finaliste). Sa vision du jeu, son sens de la passe juste font merveille.

Il marque également de jolis buts, comme son tout 1er au PSG à... Lyon, son ancien club, en Coupe de la Ligue (voir ci-dessous). Sa joie provocatrice envers Claude Puel, coach avec lequel il était parti fâché, sera marquante. Il inscrira au total 10 buts en 42 matches en 2010/11.



Adoubé par Carlo Ancelotti


Lors de sa deuxième saison, il continue à être régulièrement utilisé, même si à un poste plus reculé au milieu en raison de l'arrivée de Javier Pastore. Auteur encore d'un but spectaculaire en volée face à Salzbourg en Ligue Europa (voir ci-dessous), le natif d'Evreux ne sera pas perturbé par le changement de coach à la trêve (Ancelotti remplace Kombouaré). Au contraire.



Quelques semaines après son arrivée, le technicien italien sera très élogieux à son égard : "La force de Bodmer est de pouvoir jouer à tous les postes du milieu de terrain. Je pense que c'est un joueur fantastique car il a beaucoup de qualités techniques et il est très professionnel. Bodmer peut être Pirlo ou Seedorf. Pour une équipe, avoir un joueur comme lui, c'est bien".

Dans son système en sapin de Noël (4-3-2-1), Bodmer sera assez utilisé et se distinguera par deux passes décisives lumineuses pour Hoarau, à Lyon et contre Bordeaux. Seulement, il commence à être plus inconstant et l'émergence de Thiago Motta, Matuidi ou Pastore vont finir par lui barrer la route.

Un départ inévitable



L'arrivée d'Ibrahimovic et de Thiago Thiago Silva Silva lancent un été 2012 fructueux pour le PSG. Mais c'est surtout l'inconnu Marco Marco Verratti Verratti qui conduira à reléguer dans l'ombre Bodmer. Il ne joue ainsi que 7 matches en 6 mois et finit par être prêté à St Etienne. Avant de poursuivre sa route dans des clubs moins huppés (Nice, Guingamp, Amiens). Sa lenteur dans ce football moderne l'a sans doute empêché d'aller plus haut.

Un départ amer ? Pas forcément comme il l'a expliqué quelques années plus tard : "Ça s'est arrêté au bon moment pour moi au PSG, car ça a basculé dans l'hyper médiatisation avec la nouvelle dimension prise par le club. Et moi, ce n'est pas quelque chose qui m'attire. Il y avait plein de soirées où on était invités. Moi, je n'y allais jamais. Je fuis les mondanités, les représentations de ce type. J'aime le football, pas le barnum qu'il y a autour".

Souvenirs d'Ancelotti



Dernièrement, le joueur est revenu sur le formidable entraîneur qu'a été pour lui Ancelotti : "Puel et Favre c'est tactiquement très fort mais ils n'ont pas autant d'atouts qu'Ancelotti. Il avait réellement beaucoup de qualités. Ceux qui sont passés par le PSG à cette époque là, même ceux qui jouaient moins, personne ne pourra jamais en dire de mal. C'est impossible. Quand le coach est juste, les joueurs ne peuvent pas se plaindre. C'est quand il y a des injustices que ça ne va pas".

Avec l'évocation d'un souvenir marquant pour lui : "A la naissance de ma fille, je ne viens pas pendant deux, trois jours à l'entraînement parce que l'accouchement a été difficile pour ma femme. Le vendredi, il ne me met pas dans le groupe. Je pète les plombs tout seul en disant qu'il ne me respecte pas. Enervé, je croise Leonardo il me dit d'aller voir directement Carlo pour s'expliquer. Je rentre dans le bureau, Carlo me dit ‘Tu viens d'avoir une fille, prends cinq jours, profite de ta femme et de tes enfants. Le foot, t'y rejoueras la semaine prochaine.' Je ressors du bureau avec le sourire". Bodmer ou l'histoire d'un artiste inconstant comme bien d'autres avant et après lui au PSG.

Mathieu Bodmer en chiffres


91 matches – 13 buts. Champion de France (2013).
Votre avis - Quand Paris va-t-il retrouver son rythme ? 01

caractères restants
Avatar de sbw8307 sbw8307 6000 - 23 Juin à 19h43
Don Carlo, Bodmer aurait pu aussi évoquer la fois ou en stage an NY avec le PSG il, demande à passer la soirée avec ses parents en vacance à NY Carlo a inviter ses parents à mangeur avec eux et à dîner au côté de son père.
Une fois dans le vestiaire Carlo c’est excusé devant tous le groupe pour avoir manquer de respect a un joueur qui était Luyindula car Peguy avait une attitude pro pas un mot alors que Carlo ne l’avait pas fait jouer.
Comme dit Gattuso trouver moi quelqu’un qui pourra dire du mal Carlo
Avatar de Arachnid93 Arachnid93 1137 - 23 Juin à 20h32
Encore une fois Bravo Ted75 !
Avatar de Dahleb92 Dahleb92 187 - 23 Juin à 21h04
Rien que l’évocation d’Ancelloti ça me rend nostalgique c’était un grand entraîneur et un Monsieur...
C’est rare dans le monde du football quand a Bodmer c’est vrai que c’était mitigé mais J’ai le souvenir d’un joueur très élégant
Avatar de Ricardinho Ricardinho 142 - 23 Juin à 21h52
Joueur élégant et avec une vision de jeu extraordinaire ! Il aurait mérité mieux mais forcément, avec Pastore, Verratti & Motta, la barre était déjà très haute.

 
Avatar de Dahleb92 Dahleb92 187 - 23 Juin à 23h19
Oui c’est clair
Avatar de Moustache Moustache 1551 - 24 Juin à 13h06
son jeu en une touche de balle était très souvent un délice.