club

Kurzawa, une énigme à Paris

club

Kurzawa, une énigme à Paris

Publié le 19 Juin 2020 à 17h12 par Ted75 | Photo : Panoramic
Après cinq ans passés au PSG, Layvin Layvin Kurzawa Kurzawa s'apprête à quitter le club avec un gout d'inachevé. Arrivé plein de promesses, il n'a jamais pu confirmer tout son beau potentiel.
Il devait être le successeur de Maxwell mais il n'y est jamais parvenu. Arrivé à l'été 2015, Layvin Layvin Kurzawa Kurzawa aurait pu être celui qui remplace à la longue le Brésilien Maxwell, en fin de carrière. Mais cinq ans ont passé et le latéral gauche n'a jamais réussi à faire oublier l'un des meilleurs amis d'Ibrahimovic.

Prometteur à ses débuts


Débarquant dans la capitale en provenance de Monaco en aout 2015, Layvin Kurzawa Kurzawa jouit alors d'une belle réputation avec pas mal de performances remarquées. Même si son comportement faisait déjà débat avec son fameux chambrage en équipe Espoirs sur les Suédois qu'il paiera très cher (croyant qualifier les siens, Layvin Kurzawa Kurzawa a mimé le salut militaire, avant que la Suède n'élimine les Bleuets dans la foulée).



Mais ses premiers pas au PSG sont prometteurs et il remplace efficacement Maxwell lorsque ce dernier n'est pas là, en marquant notamment 3 buts en Ligue 1 dont une belle frappe face à Troyes (voir ci-dessous). Mais son attitude ne passe pas toujours, comme lorsqu'il invite des amis un peu bruyants au centre d'entraînement. Un entourage qui a bien agacé Ibrahimovic, qui a vite recadré le latéral français.



Des blessures qui le pénalisent


Avec le déclin grandissant de Maxwell pour sa dernière saison en pro, Layvin Kurzawa Kurzawa a droit à plus de temps de jeu durant la saison 2016/17, première d'Unai Emery en coach. Le technicien apprécie Layvin Kurzawa Kurzawa et lui fait confiance dans la foulée d'un début de saison prometteur (3 buts en 3 matches), avec qui plus est un autre but en équipe de France, en Italie (1-3).



Sur un nuage, l'ancien Monégasque ne le sera pas longtemps. Trop inconstant, il s'avère trop fébrile et n'apporte pas suffisamment offensivement. Il connaît une période de mieux début 2017, comme son équipe. Avec deux passes décisives lors de la double-confrontation face au Barça en aller-retour. Mais il plonge ensuite et se blesse sérieusement au genou. Le début de la fin ?

Berchiche, puis Juan Bernat Bernat lui passent devant


A l'été 2017, Maxwell prend sa retraite et on pense alors que c'est l'heure de Layvin Kurzawa Kurzawa. Mais il n'en sera rien. Pas assez percutant et précis dans ses actions, il finira par perdre sa place au profit de la recrue Berchiche. Ses deux jolis buts face au TFC (6-2) et à Lyon (2-1), ou encore son triplé contre Anderlecht (5-0), le 1er pour un défenseur en Ligue des champions, ne changent pas la donne.



Dans une interview à Canal + l'année suivante, Berchiche aura des mots durs sur son concurrent au poste en affirmant qu'il était trop distrait par l'extra-sportif : "Qu'il arrête d'être distrait par l'extra-sportif, et qu'il se concentre sur le football. Il a la capacité pour y arriver, il doit être plus fort mentalement, poursuivre un objectif et s'y tenir: donner le meilleur de lui-même et laisser les critiques de côté".



Des propos pas forcément étonnants lorsque l'on connaît ses histoires, entre son nom cité dans une affaire de fraude au permis de conduire en 2016 ou encore un chantage à la vidéo dont il aurait été victime, vidéo au cours de laquelle il critiquerait son sélectionneur Didier Deschamps. Après Berchiche, c'est Juan Bernat Bernat qui lui passe devant à son arrivée à l'été 2018. Eternel recommencement.

Une fin étrange


Après une première partie de saison 2018/19 chaotique (aucun match), il remonte un peu la pente en janvier et gagne même du temps de jeu. Plus apaisé, il s'était confié à Canal + : "Les gens qui parlent, ça ne m'atteint plus. Je sais que j'ai été vu comme un petit con, mais je ne l'ai jamais été. J'ai fait des erreurs de jeunesse, que beaucoup de joueurs ont pu faire, sauf que suis plus médiatisé que d'autres parce que j'ai joué à Monaco et au PSG, parce que je suis un joueur de qualité tout simplement".



Sauf que cet état de grâce ne durera pas et Tuchel finira par perdre patience et laissera Juan Bernat Bernat, voire Abdou Diallo Diallo au poste de latéral gauche la saison suivante. Sa fin d'aventure sera étonnante car il sera un des meilleurs à Dortmund en 8e de finale aller de Ligue des champions. Comme un symbole de son talent qui aurait pu tellement éclore davantage...

Dernièrement, il est revenu avec lucidité sur le changement de monde entre Monaco et le PSG qu'il a eu du mal à digérer : "Je passe de Monaco, une petite ville près de mes parents, à Paris, la capitale, les boîtes de nuits, et tout ce qui est accroché à la capitale... Je me disais, "je vais aller m'amuser, parce que demain on a entraînement l'après-midi". Je n'étais pas aussi professionnel qu'un joueur devrait l'être". Comme un dernier symbole, sa dernière image au club restera sa célébration déplacée en période COVID avec les supporters au Parc après la qualification contre Dortmund (voir ci-dessous)...

Layvin Layvin Kurzawa Kurzawa en chiffres


123 matches – 13 buts. Champion de France à quatre reprises (2016, 2018, 2019, 2020), trois Coupes de la Ligue (2016, 2017, 2018), trois Coupes de France (2016, 2017, 2018), quatre Trophées des champions (2016, 2017, 2018, 2019).


caractères restants
Avatar de sbw8307 sbw8307 5538 - 19 Juin à 19h24
Y a pas de miracle la réussite d’un footballeur passe par une vie et un entourage sain en restant focus sur le football
Avatar de Ricardinho Ricardinho 135 - 19 Juin à 20h57
L'éducation et la mentalité, un gros problème pour voir un Français réussir... Bon débarras !
zlad 714 - 19 Juin à 21h44
Comme quoi le talent ne suffit pas. Parce que je pense honnêtement qu'il en a. Il aurait pu faire une belle carrière, après il a fait son choix. Je ne juge pas, j'aurais peutêtre été pire que lui dans sa situation, mais je suis content qu'il parte enfin. Qu'il se trouve un club sans pression ou il pourra faire n'importe quoi sans qu'on l'embête.
Avatar de lelou17 lelou17 473 - 19 Juin à 23h51
Kurz c'est Aurier et c'est là qu'on voit que c'est beaucoup plus dur à Paris avec l'entourage, les sollicitations, les possibilités de sorties, le bling-bling, là où tout se passe on a envie d'y être et on oublie l'essentiel. Quand même être payé pour jouer au foot c'est le rêve, y'a pas moyen d'être un peu sérieux...
Kika 57 - 20 Juin à 23h02
Ne vous enflammez pas !! Apparemment il est en discussion pour prolonger !!

 
Avatar de sbw8307 sbw8307 5538 - 21 Juin à 20h13
Il ce serait vu proposer 4 ans de plus et aurait demandé de doubler son salaire mdr